5 choses qu’on a appris sur Meek Mill suite à son interview pour Rolling Stone

Le magazine Rolling Stone s’est récemment entretenu avec le rappeur Meek Mill, alors qu’il est toujours derrière les barreaux. Voici 5 infos à retenir de cette interview.

Condamné à une peine de 2 à 4 ans de prison ferme pour violation de sa liberté conditionnelle, le rappeur de Philadelphie est incarcéré depuis novembre 2017. L’issue de son procès a véritablement secoué la planète hip hop qui s’est dès lors massivement mobilisée pour demander sa libération. Le bimensuel américain est ainsi parti à la rencontre du rappeur afin de s’entretenir avec lui et obtenir une mise à jour quant à sa situation. De son traumatisme après la mort de son père à sa vision du système carcéral américain, voici 5 choses que l’on a appris sur Meek Mil suite à son interview pour Rolling Stone !

1. Seuls ses avocats et certains de ses amis peuvent venir lui rendre visite Il a en effet déclaré qu’il n’acceptait pas que sa famille et ses proches le voient dans son état : “Si ils me voient comme ça, avec une sale barbe, les cheveux dans tous les sens c’est comme si j’étais vraiment ici, ce qui n’est pas le cas.”

2. Il lui a fallu 10 ans pour se remettre à parler après le meurtre de son père. Sa mère s’est aussi confiée au magazine expliquant qu’après que son père ait été assassiné lorsqu’il avait 5 ans, ça n’a été que dix ans plus tard qu’il s’est remit à parler à sa mère. Devenu ado, “ses hormones de croissance l’ont secoué”. Il passait ensuite son temps dehors, à rapper comme un dingue au coin de la rue”.

3. Il a vu beaucoup de ses amis mourrir avant ses 18 ans Meek Mill a particulièrement été exposé à la mort et cela à un âge assez jeune : “J’ai 10 amis qui sont morts quand je vivais au nord de Philadelphie, et 6 ou 7 au sud. (…) Je pouvais littéralement ouvrir la porte et sentir l’air extérieur. Yep, ça sent le meurtre aujourd’hui”.

4. Lors de sa première arrestation lui et son cousin se sont fait passer à tabac, puis voler par la police. Son cousin, qui a aussi été interrogé par le magazine a décrit le passage à tabac que lui et Robert auraient subit : “Ils ont commencé à nous battre, à nous frapper, en criant : “Les yeux au sol enc*lés. Ensuite, plusieurs d’entre eux sont montés fouiller nos chambres. Ils sont revenus avec un sac plein d’argent.(…) Il a pris 30 000 dollars de mon armoire”

5. Meek Mill a l’intention d’éveiller les consciences sur la manière dont le système carcéral américain a été conçu pour piéger les citoyens noirs Une fois libre Meek Mill veut faire entendre la voix de ces “frères enfermés qui n’ont rien fait pour être ici si ce n’est énerver des gens comme Brinkley” (ndlr Genece Brinkley, la juge chargée du procès de Meek Mill). Il poursuit : “Je veux parler de ce système et de ce qu’il fait aux noirs. Des deux côtés de la clôture” (…) “Croyez moi, je vais dire quelque chose à propos de ça. Et après je vais déménager à Atlanta”.

Par ailleurs, le rappeur pourrait mettre son plan à execution plus tôt que prévu. Selon le procureur général, le scandale de corruption qui touche actuellement le département de police de Philadelphie, pourrait bien mener au renversement de la condamnation de Meek Mill.

Newsletter

Voulez-vous recevoir des notifications par mail ou par whatsapp?

S'il vous plaît fournir une adresse email valide.